De nouveaux chemins "En Herbe"

Mis à jour : févr. 1


« Des mois de réflexion, de mise au point, de questionnement et d’ajustement… Et voilà que je me sens enfin prête pour lancer le projet « En Herbe ».

A mon avis, la nature est à la fois la plus belle salle de classe et le meilleur terrain de jeu qui soit. C’est une extraordinaire bibliothèque vivante, où vous pouvez trouver tout ce qui importe vraiment. Rien n’y est superflu, et tout a un sens.

Je crois sincèrement que nul ne peut se perdre s’il reste près d’elle et qu’il l’écoute. Et notre monde a justement besoin de tendre l’oreille.

Je me suis longtemps demandée ce que je pourrais apporter de plus que les autres. Je n’ai aucune prétention, seulement l’ambition de travailler selon mes valeurs et mes convictions. Finalement, plus nous serons nombreux à nous engager, à dire le même message dans toutes les langues et de toutes les manières, plus à il y à de chances pour que cela fasse la différence»

Voilà les mots que j’écrivais sur les réseaux il y à bientôt un an, en lançant timidement le projet. Depuis, chaque expérience et chaque recherche entrepris, confortent cette idée. En outre, la crise sanitaire de cette année 2020 confirme l’urgence d’apprendre à nos enfants la résilience. Qui de mieux que la nature pour nous l’enseigner ?

Elle qui utilise les tristes journées pluvieuses pour faire pousser les plus belles fleurs, ou qui transforme les feuilles et le bois morts en terreau fertile pour ses graines !

Et si nous nous inspirions de la nature pour préparer nos enfants à s’adapter et rebondir face aux crises de demain ?


Ainsi, le message porté par le projet En Herbe ne change pas. Sa forme en revanche, évoluera certainement dans les mois à venir. En repensant l’offre et les contenus, je souhaite me rapprocher au plus près des objectifs de départ, et du message ci-dessus. Je ne suis ni scientifique, ni botaniste, ni herboriste. Je suis animatrice et mes outils de prédilection sont la nature et le végétal. Avec ces outils, je souhaite avant tout transmettre des valeurs, bien avant l’apprentissage de savoirs ou de compétences. Les finalités du projet ont toujours été éducatives et sociales : vers plus d'autonomie et de partage. Une reconnexion à soi, aux autres et à la nature. Découvrir et appréhender son environnement, prendre confiance en soi, cultiver l’humilité, développer son intuition et sa créativité... C’est ainsi que se développe un socle solide sur lequel s’appuyer ensuite pour tout apprendre. Ce sont les pré-requis à tout autre apprentissage, les pré-requis à toute adaptabilité.


Les artistes, les magiciens, les jardiniers ou les menuisiers « en herbe » sont ceux qui ont foi en leur capacité de réussite. Ceux qui n’y croient pas (même un peu, même inconsciemment), ne se lancent pas. La nature nous donne confiance en nos ambitions. Elle nous donne la force pour tracer de nouveaux chemins, enherbés et prometteurs. Je crois que c’est de cela dont nous avons besoin dans le fameux « monde de demain ». Aucun livre ne pourra nous l’apprendre. Il faut grimper aux arbres et construire des cabanes pour le comprendre !


Voilà ce qu’est être « en herbe ». C’est la promesse de la sagesse, de rester ouvert, d'apprendre encore et encore. Je vous souhaite à tous d’être toujours « en herbe » quelque part. Et le jour où, comme l’arbre, vous vous approchez de la sagesse, je vous souhaite de redevenir aussitôt une herbe ailleurs. C’est ainsi que la nature ne vieillit jamais, qu’elle renaît, chaque année. Alors réinventons-nous, pour réinventer ce vieux monde.


« L’herbe ne pousse jamais sur la route où tout le monde passe »

Proverbe africain

En attendant, de belles choses arrivent très bientôt... Je pars cet été pour des séjours nature en Bretagne, portés par un projet pédagogique éco-responsable et démocratique. J’ai décidé de vous en parler dans le détail sur ce blog. Je vous partagerai également mes futures rencontres avec des professionnels de l’éducation qui ont lancé des lieux d'accueil en forêt (« forestschool » en anglais), et d’autres membres du Réseau de la Pédagogie Par la Nature (RPPN), auquel j’ai adhéré dernièrement.

A très bientôt ici,


Céline